Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Exposition  Collective:
Laurence Calamand,Isabelle de Constantin, Mary Payne, Christophe Turpin

du 7 Mai au 1er Juin 2008
                                                                         à la

Maison des Artistes du Haut de Cagnes (06800)







Liés par le fil du temps, le fil de l’amitié, le fil comme lien,

Le fil d’Ariane que l’on suit dans les labyrinthes de Laurence,

Le fil de fer des sculptures d’Isabelle,

Le filet de café de Christophe,

Le fil des pelotes de Mary.

Le lien qui nous regroupe tous autour d’un thème commun, l’intime.

Le corps et l’âme sont abordés par les 4 artistes dans ce qu’ils ont de plus intime.

 

 




Laurence CALAMAND

            De « fragiles » fragments d’étoffes, des fils suggérant les liens,  composent les éléments graphiques et abstraits de ses œuvres. Tels des symboles à déchiffrer sur les parois d’une caverne mystérieuse, elle nous offre de subtiles traces et empreintes de son intériorité, gravées là, dans la matière. Invitation à entrevoir le caché, ses « labyrinthes » nous rapprochent de la lumière

 

Isabelle de CONSTANTIN

            Les sculptures en fil de fer et papier sont une invitation à percevoir l'expression graphique d'un mouvement dans l’espace. La matière tendue et dentelée retranscrit une écriture légère et  dynamique qui se joue des contrastes entre le plein et le vide.

 

Mary PAYNE

            Ses images évoquent des figures simples mais universelles, tels le cercle, la fissure, l’amande, ou encore, le Y. Ces formes originelles ont la particularité de nous interpeller directement. Par le jeu de divers gestes plastiques, elles évoluent, pour s’épanouir dans des univers intimes aux formes et couleurs harmonieuses.
 

Christophe TURPIN

            Le trait et la trace, la matière fluide et le papier, la couleur et les contrastes, le blanc et la lumière  traduisent un langage, dont la perception instinctive renvoie à des émotions enfouies en chacun de nous. Telle une écriture automatique, les lignes naissent du pinceau trempé dans son café ou dans l’eau et se mettent à occuper l’espace de sa feuille. Tels des mots qui composent une phrase pour nous donner du sens, sa peinture nous donne à voir…



Partager cette page

Repost 0
Published by